Sans doute l’un des volcans le plus méconnu du Chili, pourtant, avec ses 2236m d’altitude, il s’offre aux plus méritants et uniquement si la météo le permet. Il est libre d’accès, vous ne devez pas payer une agence hors de prix pour vous amener à son sommet, il faut dire que la montée est rude mais non exigeante d’un point de vue technique et matériel. Vos chaussures de marche, vos bâtons et votre paire de mollets de rechange seront suffisants.

Si vous venez d’Argentine

Pour faire cette randonnée, il vous faudra arriver au village d’El Caulle et dans ce cas-ci, mais ce n’est pas une obligation, partir du complexe Anticura. Pour cela, prenez le bus jusqu’à San Carlos de Bariloche et ensuite prenez un autre bus vers Osorno. Un petit contrôle à la frontière est à prévoir, trois fois rien mais veillez juste à ne pas transporter des produits tels que du fromage, du lait… Demandez également au chauffeur de vous arrêter à Anticura. Ils connaissent très bien l’endroit, aucun soucis pour ça.

Si vous venez du Chili

Rejoignez la ville d’Osorno, en haute période, des navettes rejoignent quotidiennement Anticura, vous pouvez prendre aussi un bus rejoignant San Carlos de Bariloche, en lui demandant (au chauffeur, pas au bus) de vous déposer à Anticura. Le stop est également une option possible dans les deux cas.

En route mauvaise troupe

Anticura se situe à moins de 5 min de la frontière, si vous décidez de faire l’ascension du volcan en deux jours, (en une journée, c’est possible aussi si vous avez des mollets en béton armé) il vous faudra rejoindre dans un premier temps le refuge d’El Caulle situé à 1400m d’altitude et point de chute plus qu’idéal pour faire l’ascension du volcan le lendemain.

Depuis Anticura, prenez à droite, comme pour aller à Osorno, il est possible qu’ Anti, chien du complexe vous suive, vous pouvez toujours essayer de le convaincre de faire demi-tour, nous avons essayé une bonne dizaine de fois sans succès… Mais ne vous inquiétez pas s’il vous suit, il s’agit d’un compagnon exemplaire : il ne râle pas parce que ça grimpe trop et vous attend dans les montées. Bref, une superbe rencontre canine! Après plus ou moins 1,5 km, empruntez un chemin de terre en direction de La Pulle, vous allez rencontrer un restaurant, c’est là que vous pouvez vous enregistrer pour faire la randonnée, le droit d’entrée est cher payé, comptez 30 euros pour 2 personnes. Cependant, il y a moyen de passer sans payer, sachez juste que la somme permet l’entretien des installations en hauteur…(Histoire de vous faire culpabiliser un peu si vous passez sans payer 🙂 )

L’arrivée au refuge

A partir du restaurant, continuez à suivre le sentier en direction de la forêt. Celui-ci est très bien balisé, vous devez suivre les rubans ou les marques faites à la peinture, il est impossible de se tromper. Vous allez passer pas mal de temps dans la forêt et la montée est abrupte à certains endroits. Comptez 1000m de dénivelé pour cette partie dans la forêt. A peine sorti de celle-ci vous verrez, une plaine et le volcan Puyehue qui joue les séducteurs. Une vue à tomber! C’est dans cet endroit paradisiaque que vous allez dormir (si vous faites la randonnée en deux jours), si vous avez une tente, vous avez l’embarras du choix pour la planter, autrement, un refuge vous attend. Confort rudimentaire mais on est content qu’il soit là. Il y a même (comble du luxe) une toilette sèche. L’implantation du refuge et des différentes commodités pour les voyageurs est faite en total accord avec la nature environnante… Profitez de l’endroit, si le temps est dégagé, sortez votre duvet et installez vous sur l’herbe, les étoiles entrent en scène avec comme vedette : la voie lactée. Entourée de Simon et d’Anti (qui ne nous a jamais quitté), j’ai profité de cet instant unique, définitivement l’un de mes meilleurs souvenirs du Chili.

Le lendemain, le temps était une nouvelle fois beau et clair, idéal pour faire l’ascension jusqu’au volcan. Il vous faudra faire 836 m de dénivelé positif pour atteindre son sommet. L’itinéraire est des plus évident par temps dégagé – ça doit se compliquer un peu si ce n’est pas le cas – il faut remonter la pente en S jusqu’au cratère et là, vous serez les rois du monde! Ensuite, ça se complique si vous faites la randonnée en deux jours, il vous faudra descendre 1836 m de dénivelé. Pas de grosses difficultés si vous êtes préparés, d’autant plus que vous pouvez laisser tout votre barda au refuge avant d’attaquer le volcan et les reprendre (cela va de soit) avant de tout redescendre. 

Après la descente, nous sommes revenus jusqu’à Anticura pour y passer la nuit et surtout ramener le chien, lequel, à peine arrivé, a dormi du sommeil du juste. Le camping quand-à-lui est super chouette, grands emplacements avec électricité et même la possibilité de faire un feu de camp sur votre emplacement. Des navettes relient Anticura à Osorno tous les jours, surtout en haute saison. Si vous y allez, ne soyez pas étonnés qu’Anti vous suive, ce chien part très très souvent à l’aventure et adore suivre des randonneurs, si vous le voyez, faites lui une petite caresse de notre part. 

Détails pratiques : 

  • Soyez attentifs à la météo, l’ascension vers le volcan nécessite un temps clair pour s’y retrouver. J’ai pu lire quelques témoignages de voyageurs qui avaient renoncé car le temps n’était vraiment pas favorable. 
  • Il est renseigné qu’il y a un point d’eau au refuge El Caulle, ce n’est pas toujours le cas, le point d’eau en question dépend surtout de la fonte de la neige du volcan, quand nous sommes arrivés, c’était la fin de l’été, plus rien ne fondait, résultat, le point d’eau était de l’eau quasi stagnante et surtout très boueuse. Nous étions très mal préparés et comptions sur ce celui-ci pour une recharge, nous l’avons faite bouillir et s’est passé mais ce n’était pas très malin. Heureusement les voyageurs qui étaient arrivés là avant nous ont également pu nous dépanner. En résumé, prenez de l’eau en suffisance! 
  • Le temps peut-être changeant, prévoyez différentes couches. 
  • Les 30 euros que vous payez – si vous payez bien entendu – servent à l’entretien des sentiers et du refuge. Il s’agit d’un cadre idyllique, très bien préservé. Ne le souillez pas avec vos déchets. Pour vos besoins naturels, il y a des toilettes sèches. 
  • Pour y accéder, des bus au départ d’Osorno ou de San Carlos de Bariloche circulent assez souvent (mais peut-être uniquement en haute saison, soyez-y attentifs)  

Le volcan Puyehue au Chili ou comment sortir des sentiers battus

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s