Perdue au milieu de nulle part, comme un oasis sortant de la pampa, dernière étape avant le bout du monde, la ville d’El Chalten a un charme tout particulier.

La route pour aller jusque là a des allures de carte postale et gagne en intensité à l’approche de la ville. La route est parfois sinueuse et traverse d’immenses étendues aux couleurs ocre et bleu, au bout de la route, le Fitz Roy apparaît aussi majestueux qu’on puisse l’imaginer, à ses pieds, la ville bâtie il y a très peu de temps et proclamée capitale nationale du trekking.

El Chalten est la ville idéale pour tous les passionnés de randonnée. Sur place, plusieurs treks sont possibles. Celui que nous avons fait a duré trois jours (mais il peut se faire beaucoup plus rapidement) et nous a mené au pied du Fitz Roy. Voici le récit de nos trois jours de randonnée:

3

1er jour : cap sur Laguna Torre

Nous sommes partis vers le lac Torre, si le temps est suffisamment découvert, nous avions des chances d’aperçevoir le glacier Torre. Le départ se fait assez tôt pour éviter la foule sur les sentiers, ça grimpe doucement, nous voyons le Rio Fitz Roy qui passe au loin, la ville disparaît peu à peu et nous arrivons au Mirador del Cerro Torro.

el chalten 3 (1 sur 1)

el chalten 4 (1 sur 1)

A cet endroit, vous pouvez normalement déjà apercevoir le glacier, il y a encore un peu de chemin à parcourir, pas de problèmes, c’est toujours tout droit, ou presque! A partir du Mirador, cela devient une balade sans difficultés. Vous arriverez après quelques kilomètres au camping de Agostini, le torrent du Rio Fitz Roy est juste à côté (de quoi vous bercez toute la nuit), nous trouvons vite un emplacement (très facilement), déposons nos affaires et partons à la découverte du lac Torre (avec de vrais morceaux de glacier dedans! :-D), on doit normalement apercevoir le glacier mais nous arrivons en pleine purée de pois, ce sera pour plus tard…

Petit moment girly : sachez mesdames, qu’une Cathy Cabine (qui doit certainement s’appeler autrement là bas) constitue le seul et unique sanitaire pour tout le camping. Et à l’intérieur, il n’y a pas de cuvette mais un énorme trou (ma hantise était d’ailleurs de tomber dedans…j’en ai encore des frissons 🙂 ) Pour vous laver, débarbouiller, faire en sorte de puer un peu moins en résumé, vous pouvez prendre un peu d’eau (glacée) du torrent. Pareil pour la vaisselle, tout ça tout ça… Vous vous souvenez des photos de Vladimir Poutine torse nu ? J’avais juste l’impression d’être ce bon vieux Vlad là bas… Cependant, comble de la folie, moi qui ne sors jamais de chez moi sans être parfumée, j’ai passé un très bon moment là bas (sauf quand la porte du Cathy Cabin s’est disloquée et que j’étais en train de me rhabiller, mais ça c’est une autre histoire…) 

Après une petite sieste, nous sommes retournés voir le lac, le glacier était un peu plus visible. A droite du lac, vous pouvez grimper un peu pour avoir un autre point de vue, si vous le désirez, vous pouvez également continuer la balade pour vous rapprocher au plus près du glacier (toujours par la droite du lac) Cependant, le sentier n’est pas vraiment bien balisé, je n’en parlerai donc pas ici. Dernier conseil, la faune locale est particulièrement franche ici, prenez le temps de l’observer, je vous promets de très belles découvertes.

el chalten 5 (1 sur 1)

el chalten 6 (1 sur 1)

el chalten 7 (1 sur 1)

el chalten 8 (1 sur 1)

el chalten 9 (1 sur 1)

2ème jour: se sentir minuscule au pied du Fitz Roy

Après une nuit à demi paisible (le torrent qui coule à coté, des bouts du glacier qui se détachent dans un bruit sourd…L’aventure quoi! :-D) Nous rangeons nos affaires et retournons en arrière pour prendre un autre chemin qui doit nous mener vers le camping Poicenot. Le temps est très humide, nous passons par la forêt pendant un long moment, ça refroidit, je tombe nez à nez avec une chouette, on se fixe un moment avant qu’elle ne décide de partir et ça me ragaillardi! Nous logeons les « lagunas madre e hija », le Fitz Roy se fait attendre, nous ne l’apercevons toujours pas. Nous arrivons au camping Poicenot, même configuration que la veille, sous les arbres. Nous déposons tout, une éclaircie se fait et nous partons à l’assaut du célèbre pic (pour arriver à ses pieds bien sûr, pas question d’escalade!) Du camping, jusqu’au pied du pic, ça grimpe sec! Plus ou moins 400 m de dénivelé positif en 1km. Une nouvelle fois, le sentier est très très bien balisé! Impossible de se perdre!

el chalten 10 (1 sur 1)

el chalten 11 (1 sur 1)

el chalten 12 (1 sur 1)

Nous arrivons devant un spectacle de plus en plus majestueux. Le roi des pics était timide et ne s’était pas encore vraiment dévoilé de la journée. Les nuages continuaient de le cacher. Alors, nous avons fait ce que tout être humain fait après s’être tapé une montée pareille, il s’assied, il attend (et retrouve l’usage de ses jambes). Nous avons patienté, nous l’avons encouragé à se dévoiler et…Le miracle s’est produit, quelques nuages sont partis, dévoilant la grandeur du Fitz Roy.  En me rappelant ce moment, j’en ai encore la chaire de poule. Mon cerveau n’arrêtait pas de me répéter; « Tu es devant le Fitz Roy! Tu es devant le Fitz Roy ». On ne peut être qu’ébloui devant un tel spectacle. J’en garderai un merveilleux souvenir!

Point technique : pour cette randonnée, nous étions en été, pourtant il faisait très très froid et surtout il y avait beaucoup de vent. Pensez à prendre de quoi vous couvrir une fois là haut et aussi, faites gaffe au vent! J’ai failli valser plusieurs fois quelques mètres plus bas… 

el chalten 13 (1 sur 1)

el chalten 17 (1 sur 1)

 

el chalten 19 (1 sur 1)

3ème jour: retour à El Chalten 

Nous rangeons la tente, nos affaires et repartons vers El Chalten, un dernier coup d’oeil au Fitz Roy, lequel, pour ce 3e jour est bien visible.  Petite mélancolie qui pointe le bout de son nez, je réalise qu’il y a très peu de chances que je le revois un jour. Je salue le roi de pics et me concentre sur la suite de nos aventures. Nous n’avons pas beaucoup dormi, sous les arbres, l’humidité était très présente et transperçait nos couches, qu’importe, on dormira dans le car. Sur le retour, les points de vue sur le Fitz étaient nombreux. Une nouvelle fois, nous avons vu beaucoup d’oiseux dont le célèbre Woody Woodpecker qui s’acharnait sur un arbre.  Le chemin descend progressivement pour nous ramener à El Chalten, un dernier arrêt par le Mirador Rio de Las Vueltas, si on longe cette rivière, on revient à nouveau au Chili pour commencer la célèbre route australe. Nous arrivons à un parking et quelques mètres plus loin, une petite boulangerie dont je ne me souviens pas du nom (je pense même qu’elle n’en avait pas) nous fait de l’oeil, nous, nous arrêtons et nous avons bien fait, les empanadas et autres plaisirs sucrés étaient délicieux! Nous retournons au camping et allons vite prendre une douche « ni vu ni connu », au soir, nous devons reprendre un bus pendant plus de 24h pour arriver à San Carlos de Bariloche, ça va être long et nous avons envie d’éviter aux autres voyageurs l’odeur du randonneur pas lavé…. Dans 2 jours, nous serons de retour au Chili, prêts à gravir notre premier volcan.

el chalten 22 (1 sur 1)

el chalten 23 (1 sur 1)

el chalten 24 (1 sur 1)

Quelques infos supplémentaires: 

  • Ce circuit est très bien balisé, tout simplement parce qu’il s’agit de celui qui est plus que recommandé par l’office du tourisme. D’autres sont possibles mais on vous propose souvent un guide pour les faire car il y a des passages assez techniques. Sur place, j’ai vu quelques randonneurs faire ces circuits (moins bien balisés pour le coup) et s’en sortir. Je pense donc que si vous avez de l’expérience et si vous êtes équipé cela devrait le faire.  Pour ceux qui désirent faire le circuit que nous avons fait, celui représente zéro stress, il est impossible de se tromper!
  • El Chalten est une ville très bien organisée, vous avez tout pour loger, laver votre linge, vous restaurer, du moins, durant la haute saison.
  • Au sein du terminal de bus, plusieurs compagnies sont présentes et vous proposent différentes liaisons vers d’autres villes en Argentine.

Randonnée de trois jours au pied du Fitz Roy

3 réflexions sur “Randonnée de trois jours au pied du Fitz Roy

    • Salut Jey, je te remercie pour ton commentaire :). Alors pas de condor lors de ce trek, nous pensons par contre l’avoir aperçu lorsque nous avons visité le Perito Moreno. Durant ce trek, j’ai vu une chevêche des terriers, des buses et de nombreux pic-vert en action. Je te souhaite déjà un bon voyage, j’ai trouvé ce pays très riche au niveau de la faune, tu vas certainement adoré!

      Aimé par 1 personne

      • Merci, rien que pour les chevêche c’est une bonne nouvelle. Trop mimi avec leurs grands yeux ! Et le Perito Moreno est bien sûr prévu à mon programme ! J’espère croiser le condor… sinon il faudra que j’y retourne, ça serait dommage quand même ! 😀

        J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s